« Quel livre aimez-vous le plus ? » Seize écrivains révèlent leur talent littéraire préféré

« Quel livre aimez-vous le plus ? » Seize écrivains révèlent leur talent littéraire préféré

Natasha Abana, Barbara Cassin, Eric Chevelard, Antoine Companion, Lionel Doroy, Arlette Farge, Jérôme Ferrari, Camille Lorenz, Marie Ndiaye, Veronique Ovaldi, Daniel Bennac, Maria Borchet, Monica Sapolo, Mohamed Mbogar Sarr, Las Joanne Saffar et Laila Slimani goûtent en dons littéraires.

Nathacha Appanah

Le mur invisible de Marilyn Haushofer

J’ai rencontré pour la première fois le nom de Marilyn Haushofer sur un blog il y a des années. son roman mur invisible Il a été brièvement mentionné, mais je l’ai acheté le même jour et dans la rue, sous la lumière glissante d’un jour d’hiver, je l’ai ouvert. “Aujourd’hui, 5 novembre, je commence mon histoire. Je vais tout écrire le plus fidèlement possible. ” Le mur invisible C’est l’histoire d’une femme qui se retrouve seule dans un chalet à la montagne, séparée du monde par un mur. Quel est ce mur, comment, pourquoi et qui l’a construit au milieu de la nuit, elle ne le sait pas. Derrière ce mur lisse et transparent, la scène est figée : une petite maison, un paysan se penchant pour boire. Alors cette femme entame un dur et méticuleux combat quotidien pour sa survie. Il faut manger, se réchauffer, se protéger des intempéries. A la tombée de la nuit, il faut aussi retenir le cœur, la tête et le corps pour qu’ils ne deviennent pas fous de solitude et de peur. J’aime la nouveauté de cet auteur autrichien né en 1920 et mort en 1970, et j’admire le ton violent de ce roman, droit, sans fioritures. Parce que l’obsolescence du livre m’inquiète, j’aimerais relire Marilyn Haushofer, et j’ai le sentiment étrange que cette Femme à la Montagne serait encore plus forte si elle continuait à partager son histoire. Quand je montre ce livre, je ne dis pas toutes ces choses, mais souvent je dis simplement : C’est une femme qui découvre un matin qu’il y a un mur transparent et infranchissable autour d’elle. Elle est peut-être la seule humaine au monde, mais elle n’a d’autre choix que de continuer à vivre. Ce roman est une expérience humaine. Nathacha Appanah

“Le Mur invisible” (Die Wand) de Marlene Haushofer, traduit de l’allemand par Lislott Bodeau et Jacqueline Chambon, Babel, 352 pages, 8,70 euros.

Derniers travaux publiés par Nathacha Appanah : “Rien ne t’appartient” (Glimard, 2021)

Barbara Cassin

“Soupe de gravier” Tony Ross

J’achète pas mal de livres, j’en reçois trop, je donne beaucoup des miens, et c’est trop cher pour qui veut les lire avec plaisir pour les acheter facilement. Mais je propose des livres pour enfants. Ceux que j’ai aimé moi, comme l’ancienne série des « Contes et légendes » dont les illustrations glacées m’ont donné la Grèce et l’Egypte anciennes, et ceux qui, immortels, de Ronsard à Rimbaud, m’ont French . Mais à part eux ? Le livre que j’ai le plus acheté et offert, et que ma nièce m’a fait connaître à coup sûr, me raconte depuis 1987, et aujourd’hui pour 5,20 euros, la première histoire féministe – ou pas ? – lire entre le petit Chaperon rouge Et Le loup et l’agneau. C’est une poule, une bonne ménagère et semble vivre seule. Passez le loup maléfique qui voit le linge sur la rangée et s’arrête pour manger le poulet. Elle a accepté, mais lui a proposé de préparer d’abord de la soupe. délicieuse spécialité, “soupe de pierre” Elle descend aussitôt vers elle : elle ramasse un caillou et le jette à ébullition dans la marmite. Pas bon ? Normal, il faut ajouter du sel et du poivre, puis des pommes de terre, puis des carottes, puis des lentilles, des haricots, des champignons, des courgettes, à chaque fois qu’il faut du temps pour cuire. Alors, pour que le loup soit patient, qu’il sente de mieux en mieux, vous lui demandez des petites choses, comme faire la vaisselle, couper du bois, apporter le linge, nettoyer le poêle, réparer l’antenne. Ça sent très bon. Elle lui a donné un dernier avant-goût. Il s’assoit et avale le pot entier. Elle dit doucement : Tu peux me manger maintenant. Mais son estomac est très plein. D’une voix terrible : « Attrape la pierre et fonce. La poule vaincue a vaincu son féroce conquérant. Est-ce le cas pour les hommes ? Est-ce ainsi qu’une femme doit procéder ? Barbara Cassin

Leave a Comment