La plateforme de diffusion française aura un très mauvais bilan en 2021

Salto, la plateforme de diffusion française co-fondée par M6, TF1 et France Télévisions devait s’étendre jusqu’en 2021.

Quoi de plus inévitable, à l’ère d’Internet, que l’avènement de la diffusion en direct. Les premiers signes ont été visibles avec Netflix et Amazon Prime Video en 2010. Très vite, toutes les entreprises ont commencé à développer leurs propres plateformes, visant à sortir les cinémas du grand écran et les séries des postes de travail. de la télé. De Paramount+ à HBO Max, en passant par Apple TV+ et Hulu, ils ont chacun suivi leur propre chemin. Et Au milieu de cette avalanche de catalogues numériques, la France a tenté de s’en sortir au mieux.

Pour s’implanter sur le marché de l’audiovisuel et s’adapter au public local, les chaînes France Télévisions, M6 et TF1 ont créé saut, la plateforme de SVoD qui regroupe les programmes des trois groupes liés ; Distribution commerciale à l’étranger de logiciels originaux (tels que Récemment Retour à Poudlard); Regarder des émissions de télévision en direct (ou rattraper son retard) ; Et même un petit aperçu. maïs Plus d’un an après le lancement de Salto, en octobre 2020, le bilan sera très amer.

La plateforme de diffusion française aura un très mauvais bilan en 2021La réunion des investisseurs s’annonce moins joyeuse

C’est la revue d’analyse économique Capitale Qui a participé à une avant-première de la petite catastrophe à Salto. Avec l’annonce du numéro de janvier 2022, le journaliste Jamal Heni en a profité pour Tweetez les premiers chiffres lié au rapport 2021 de la plateforme. Selon lui, Salto visait 1 million d’abonnés d’ici la fin de 2021, mais cet objectif n’a pas été atteint.

On dit aussi queLa deuxième cible qui a échoué est le logiciel d’origine de la plate-forme, intitulé “Salto non publié”, qui ne collectera que 255 heures de contenu, soit 1,7% du total projeté. Ce qui gâche l’ambiance des trois groupes fondateurs, qui se sont aliénés depuis les débuts de la plateforme, c’est à cause de leur engagement à proposer une vision “transparente, objective et non discriminatoire” de la distribution de leurs chaînes.

Camelot : la photo plan de relance ?

Bref, cette coopération a été houleuse, car les trois actionnaires de Salto doivent offrir les mêmes conditions à tous les distributeurs, qu’il s’agisse des opérateurs télécoms (Orange, SFR, Bouygues Telecom, Free), des forfaits satellites (Canal Plus) ou des services web (Molotov). Ce qui ne devrait pas aider au bon développement de la plateforme, même si On ne peut que supposer qu’en attendant l’enquête complète sur Capitale Dis m’en plus.

dans tous les cas, Il semble que les Français soient peu réceptifs à une offre localePeut-être qu’ils préfèrent s’orienter vers des catalogues mondiaux, prolifiques et astucieux, comme Amazon ou Netflix, à un prix qui n’est pas très différent (tout dépend des plateformes que l’on compare, bien sûr).

En janvier 2022, le prix de l’abonnement de base de Salto est fixé à 6,99 € (avec le premier mois d’essai gratuit), et il permet d’accéder à des histoires complètes comme les vingt-quatre premiers. 007, série CamelotEt Harry PotterEt Femmes au foyer désespéréesDemain est à nousEt Retour vers le futur Et plein d’autres choses. Dans leur version standard, les abonnements Netflix et Disney+ coûtent 8,99 € par mois tandis qu’un abonnement Amazon Prime Video ne coûte que 5,99 €.

.

Leave a Comment