A subi une opération du cancer avant d’attraper le Covid, Guillaume Durand raconte son parcours du combattant

Le journaliste de Radio Classic était ce lundi l’invité du Live Toussaint pour se remettre sur le parcours du combattant.

Il est revenu de l’enfer. Il a été opéré d’un cancer de la mâchoire en juin 2021 avant que le journaliste ne contracte le virus Covid Nuages ​​Durand Ce lundi il était l’invité du Live Toussaint pour se remettre sur le parcours du combattant.

“Si j’ai eu un cancer grave avec une maladie Covid compliquée, il est très peu probable que je vous aurais parlé”, dit-il d’emblée.

Après ces mois de combats, son message s’adresse avant tout à Anti-vaccination“Les personnes qui manifestent dans les rues doivent prendre conscience de la complexité de la situation du personnel soignant et des cliniques”, poursuit le journaliste de Radio Classic, qui se dit confiant d’avoir eu de la chance que son opération ne soit pas programmée en raison de la crise sanitaire.

Guillaume Durand a été opéré de la mâchoire le 25 juin 2021. « J’ai opéré une dizaine d’heures, raconte-t-il. “J’ai placé une écharde à la place de ma mâchoire. J’ai eu un petit problème avec ma dent qui se détériore, ce qui a été mal diagnostiqué. […] Pour des raisons qui m’étaient inconnues, j’ai décidé d’enquêter un peu plus. J’ai rencontré d’excellents médecins. On a parlé de travail très vite. Ma vie a changé. “

“La vie m’a offert l’option du confort, la mort.”

Trop occupé ces dernières années entre ses interventions sur Radio Classique, TV5 Monde, BFMTV ou encore L’Opinionle journaliste a été contraint de s’arrêter. « La vie m’a offert, comme option de repos, la mort », résume celui qui a profité de cette expérience « pour réfléchir à la façon dont cela se passe. [sa] vie”:

« À un moment donné, vous devez prendre votre destin en main », a-t-il déclaré.

“Vous ne pouvez pas simplement le prendre comme une distraction, à la vue de vous-même. Vous devez commencer à agir. Ce qui m’a sauvé, c’est de faire de longues promenades de temps en temps., parfois avec l’autorisation de la clinique, parfois sans autorisation. Le moral, on ne l’a pas toujours, mais Marcher, pour essayer de retrouver la santé personnelle, ça m’a redonné espoir, car il n’y a pas de solution générale.

“J’ai des dommages collatéraux”

Son cancer est maintenant en rémission. “J’ai des dommages collatéraux”, révèle Guillaume Durand. “Ma voix est plus proche de Boris Godounov que de Tino Rossi. La voix s’est aggravée. Les glandes salivaires ont été attaquées par la radiothérapie. Il y a de petits œdèmes sur les cordes vocales. Il faut s’adapter. De temps en temps vous vous avez des paresthésies, des éclairs électriques dans votre corps. Vous ressentez des vertiges orthostatiques. Vous finissez par vous habituer à tout cela. “

Le journaliste raconte à quel point le courage Bernard Tabé Et’Axel Khan Faire face au cancer et à la mort l’a inspiré dans son combat : « J’ai vu [à la télévision] Tabi, puis Tabi est en train de mourir. J’ai vu Axel Kahn, puis Axel Kahn mourir. Je cherchais en ligne pour qu’ils parlent de tout cela », explique-t-il.

“Ils ont été critiqués pour avoir publié une sorte de publicité sur leur souffrance. J’ai eu du mal à comprendre ce point de vue.”

Il ne pense plus qu’à une chose : vivre. « Il faut revenir à la vie le plus tôt possible – ne pas oublier, mais reprendre la route. Il est peu probable que je fasse comme mon père que je salue – car il est décédé il y a exactement un an – un siècle – un vieux métier.. après ce qui m’est arrivé, je doute que j’atteigne cet âge, mais la vie est toujours aussi belle, explique l’homme qui veut désormais vivre une “vie normale”, et prépare un livre sur Edward Manet .

Leave a Comment