Marie (vibromasseur puissant) a “perturbé” l’attitude de mes investisseurs Qui veut être mon partenaire ?

Bon dans le corps, bon dans la têteVoici le leitmotiv de Puissant, la marque de vibromasseurs que j’ai créée et imaginée Marie Kumakl. A 28 ans, cette ingénieure de formation tente sa chance Qui veut être mon partenaire ? sur M6. Son but : éduquer les femmes et la société qu’il n’y a pas de mal à faire le bien. Malheureusement, les investisseurs du divertissement de M6 n’ont pas eu le jouet sexuel sur lequel la jeune femme pariait. Les vibromasseurs étaient un sujet rare (et tabou) à la télévision, et cela a fait beaucoup rire. Delphine André Marc SimonciniEt Eric Larchevik et d’autres. Pour Télé-Loisirs, Marie Comacle a accepté de revenir sur cette expérience déconcertante.

Télé-Loisirs : Comment vous est venue l’idée de lancer votre propre marque de shakers ?

Marie: J’ai eu mon premier vibromasseur quand j’avais 18/19 ans. J’étais intrigué alors j’en ai acheté un. J’ai trouvé cela très mignon. Quand j’en parlais autour de moi, les gens me regardaient bizarrement. Je pensais que c’était idiot parce que c’est normal de se masturber, c’est normal de se sentir bien… Après ça, j’ai fait des études d’ingénieur et de commerce. A Paris, j’ai participé à beaucoup d’ateliers, et lu beaucoup de livres sur le thème de la masturbation féminine, de la sexualité. Pour moi, il y avait quelque chose à faire. En en parlant à beaucoup de femmes, je me suis rendu compte qu’il y a eu des avant et des après celles qui ont utilisé un sextoy. J’ai eu envie de sortir le vibromasseur Puissant et Coco, qui propose du 2-en-1.

“La parole est gratuite sur les réseaux sociaux, pas encore à la télé”

Pourquoi voulez-vous participer à Qui veut être mon partenaire ?

L’idée était d’en parler vraiment. Quand on a vu l’annonce de la saison deux sur Linkedin, notre première réaction a été de dire,On parlera de sexe, de masturbation féminine et d’hétérosexualité à 20 h 50. À la télé, ils ne nous choisiront jamais’. Nous avons été ravis lorsque M6 a accepté notre dossier. A ce propos, la parole est libre sur les réseaux sociaux, et pas encore à la télé. Il était donc important pour nous de commencer en prime time sur M6.

Était-ce votre première levée de fonds auprès d’investisseurs ?

Avant qui veut être mon partenaire? Nous avons essayé de collecter de l’argent auprès d’une banque. C’était tellement compliqué qu’on s’est retrouvé face à cinq quinquagénaires… qui n’ont pas compris le deal.

Étiez-vous inquiet pour votre apparition devant les investisseurs de M6 ?

Nous étions très nerveux. Je ne suis pas très à l’aise en public, alors devant les caméras… ça fait 3 nuits que je n’ai pas dormi. On savait que le sujet était sensible, on ne savait pas comment les gens en face de nous allaient réagir, alors forcément, on s’est posé 1 000 questions.

“Nous avons senti que nous devions nous battre pour faire passer notre message”

Comment avez-vous vécu ce moment ?

Nous avons passé un moment un peu spécial. Nous avons été surpris par leurs rires. C’était aussi révélateur de la société. Nous avons rencontré des quinquagénaires qui ne comprenaient pas notre projet. Lorsque nous sommes arrivés, nous étions en pré-production et n’avions pas encore de nouvelles de nos clients. Nous savions que le produit était bon, mais il y a une différence entre le tester par dix personnes et le vendre. Si nous le faisions encore aujourd’hui, nous serions beaucoup plus calmes.

Te voit-on enfin en larmes ?

C’est le résultat du stress et des trois nuits blanches qui ont précédé le tournage. Parce qu’ils ne voulaient pas investir, on a compris et ce n’était pas dangereux pour nous, mais le fait qu’on ait dû ré-expliquer plusieurs fois la présentation, qu’on nous a attaqué sur les points qu’on avait déjà fait valoir.. Quand je suis parti, J’étais contrarié parce qu’ils ne comprenaient pas et n’écoutaient pas au début. Au final, on a eu l’impression qu’il fallait se battre pour faire entendre notre voix.

Lire aussi >>> Un vibromasseur fait rire Marc Simoncini et Delphine André dans Qui veut être mon partenaire ? Sur le M6 (vidéo)

Lire aussi >>> 20 000 € perdus, affaire Marc Simoncini renégociée, interruption d’activité : entrepreneur Qui voudrait être mon associé ? Il raconte ce qu’il a vécu après la fusillade

Leave a Comment